Camping Airotel Village Corsaire des 2 Plages à Châtelaillon-Plage
Village Corsaire des 2 plages
Réserver votre séjour

Il était une fois les corsaires de La Rochelle !

mercredi 02/11/2022 - 16:12:00

Au XVIe siècle, La Rochelle devient un vrai nid de corsaires. Certains ont marqué l'histoire pour leur audace et leur bravoure face à l'ennemi, d'autres se sont illustrés dans la piraterie et la contrebande. Une vie des corsaires bien remplie qui les a menés du Vieux-Port de La Rochelle jusque dans les mers des Caraïbes. À l'abordage !

Il était une fois les corsaires de La Rochelle

La Rochelle, capitale corsaire du XVIe siècle

Fière et insoumise, La Rochelle a toujours été une ville rebelle, où flotte un air de liberté. Au XVIe siècle, des marins protestants s'engagent en tant que corsaires dans une guerre contre l'Espagne, qui se joue sur les mers. Une "lettre de marque" autorise les corsaires à s'emparer des navires de commerce ennemis et de leur chargement.

De 1570 à 1577, les corsaires protestants vont arraisonner plus de 200 navires en provenance d'Amérique, des Antilles et d'Afrique. La zone d'activité des corsaires locaux s'étend de Calais, au nord de la France, jusque sur les côtes d'Espagne et du Portugal, les archipels des Canaries, de Madère et des Açores.

Les bateaux saisis et leurs cargaisons étaient négociés et vendus à La Rochelle. Le montant du butin est réparti entre l'armateur du navire, son capitaine et l'équipage. Les hommes étaient payés en parts de prise, suivant des règles complexes et une procédure établie devant notaire. Les pillages sont également partagés avec l'autorité royale. En plus d'affaiblir l'Espagne catholique, la guerre de course menée par les corsaires constitue une source de revenus essentielle pour le parti protestant.

les corsaires célèbre de La Rochelle

Pour la plupart, les capitaines et armateurs corsaires sont des marchands ou anciens marchands. Ces corsaires de la Petite Course équipent leurs navires de commerce avec des pièces d'artillerie montés sur affûts à roues, la plupart de petits calibres. Beaucoup de capitaines sont venus de Dieppe. Ils se sont d'abord repliés sur La Rochelle, avant de s'y installer avec leur famille, à l'abri des trois tours du front de mer

Parmi les corsaires les plus connus, natifs de La Rochelle ou basés à La Rochelle, on peut citer Lancelot de la Popelinière, un érudit vendéen devenu corsaire et diplomate ; Guillaume Allène, dit le Capitaine provençal, ou encore Jacques de Sores, surnommé "l'Ange Exterminateur". Après une carrière de contrebandier, ce dernier fait ses premiers pas dans la piraterie au côté de François Le Clerc, aussi connu sous le nom de "Jambe de bois". Grâce à leur patente de course au service d'Henri II, les flibustiers-patriotes sèment la terreur à travers les Caraïbes, pillant au passage toutes les villes côtières et colonies espagnoles rencontrées. Ils s'emparent en 1555 de La Havane, que les Espagnols croyaient imprenable, lors d'un raid sanguinaire.

Un autre huguenot célèbre, Guillaume Le Testu, cartographe et capitaine d'une frégate corsaire de 80 tonneaux, se liera au célèbre capitaine anglais Francis Drake. Ensemble, ils pourchassent et attaquent les galions espagnols remplis de trésors précieux en provenance du Nouveau Monde.

De corsaire à pirate, comment la guerre divise les flibustiers

Contrairement aux pirates, par définition hors la loi, qui attaquent tout le monde, tout le temps, le corsaire ne peut pratiquer son droit de pillage qu'en temps de guerre et uniquement contre un ennemi désigné. Le XVIIIe siècle voit le déclin des activités corsaires et l'explosion de la piraterie. En cause, la guerre de Succession d'Espagne. Les corsaires démobilisés avaient deux choix : rentrer dans le rang et au pays ; ou continuer le même métier en se mettant à son propre compte, à ses risques et périls. Cette deuxième voie constituait la piraterie.

Des historiens, comme John Fiske, situent l'Âge d'or de la piraterie vers 1650, lorsque la fin des guerres de religion permet aux pays européens de reprendre les activités avec leurs empires coloniaux. Vers 1750, une politique plus répressive met néanmoins un brusque coup de frein à l'activité des pirates.

Pendant la Révolution, en 1793, la Convention nationale autorise à nouveau les armements corsaires, afin de pallier les insuffisances de la flotte républicaine. Jusqu'à la fin de l'Empire, durant vingt années, quelques équipages de mercenaires partiront encore du port de La Rochelle. Les derniers corsaires feront du golfe de Gascogne un véritable "nid de vipères" selon l'expression consacrée par les Anglais.

photo: snow corsaire Le Sirionne, domaine public

Cet article vous a plu ? Partagez-le !

Découvrez notre gamme de locations :

Une situation privilégiée à Châtelaillon-Plage

à deux pas de La Rochelle, du Fort Boyard et des îles de Ré, d'Aix et d'Oléron !

Découvrir la région
carte littoral charente maritime en France